Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
70. anniversaire du débarquement des alliés en Normandie
70. anniversaire du débarquement des alliés en Normandie

Pour un jeune Polonais, la Normandie est associée au farniente sur une plage de la Manche ou tout au moins au cidre. Qu’en est-il pour les  plus âgés? Ce n’est certainement pas une période d’insouciance et de détente sur une plage ensoleillée. Pour eux,  la Normandie évoquera toujours de violents  combats de guerre.

            Le 6 juin 2014 se sont déroulées en France les commémorations du 70. Anniversaire du débarquement des alliés en Normandie, la plus importante opération de débarquement de la II guerre mondiale.

            En fin de matinée, le président de la république de Pologne, Bronislaw Komorowski, a rencontré à Mont-Ormel des soldats de la I Division Blindée du  gén. Maczek. Mont-Ormel c’est l’endroit où 2000 soldats polonais de la I Division Blindée ont mené du 19 au 22 août 1944, une lutte victorieuse contre l’armée allemande dans le cadre de la phase finale de l’opération Overlord. Ils ont contribué de manière décisive à la débacle de l’armée ennemie. A Chambois, tout à côté, l’une des rues principales a été appelée en leur honneur ROUTE DES POLONAIS. En l’empruntant, l’un des combattants rappelait :’’ Nous tirions de ces coteaux, c’était un paysage lunaire, et bientôt un statue de Maczek y sera inauguré.’’

Sur  le coteau de Mont-Ormel s’élève un monument - un mur avec une brèche- au travers de laquelle on découvre la vallée et aussi un musée commémorant les évènements d’il y a 70 ans  et rappelant la contribution des soldats polonais dans la victoire des alliés. On y trouve également le char’’Maczek’’. Dans ce lieu si favorable à la Pologne, le président Komorowski a déposé une gerbe et dans l’interview accordée aux médias, il a déclaré :’’Ce fut l’une des plus sanglantes batailles, ayant une très grande signification dans la  réussite du débarquement et du développement de l’offensive à partir de cette   tête de pont normande. C’est un lieu de gloire polonais. Il doit nous rappeler qu’unis aux alliés nous avons remporté de formidables succès qui devraient persister dans notre  conscience nationale comme des  victoires  dans notre lutte contre les hitlériens, contre les Allemands qui perdaient quand nous étions unis.

Cet état européen terrifiant a été maîtrisé, battu par un effort commun des alliés. Cela doit nous inciter à rechercher, même aujourd’hui, une manière identique de procéder pour renforcer l’unité européenne, l’unité de l’ensemble du monde occidental, exprimant de la sorte une volonté de briser toute agression potentielle ou comportement menaçant la paix du Monde et de l’Europe.’’ Puis en compagnie des vétérans, il a visité le musée-mémorial de Mont-Ormel.

La principale cérémonie eut lieu en fin d’après-midi, sur la plage SWORD à Ouistreham. Là les chefs d’état d’une dizaine de pays amis ou ennemis pendant la guerre, ont rencontré les vétérans pour honorer ensemble les soldats morts au combat.  Sur un espace grand comme 15 terrains de football, furent installées 4 tribunes où prirent place 9000 personnes dont 1800 combattants avec leur famille et les chefs d’état, entre autres Barack Obama(USA), Bron. Komorowski(Pl), la reine ElisabethII(GB), Angela Merkel(D), Wladimi Poutine (Fed.de Russie), Petro Porochenko (Ukraine), Stephen Harper(Canada).

Les chefs d’état furent accueillis par des enfants en chemisette blanche qui conduisirent leur illustre invité jusqu’au Président François Hollande en empruntant un tapis rouge…/…

Dans son intervention, le Président français a insisté sur le caractère héroïque des combats…/…Leur sacrifice doit nous inciter à construire un monde plus juste et plus fraternel…/…il a aussi remercié les soldats de toutes les nations sans oublier les Polonais.    …/…

En fin d’après-midi, nous avons eu le bonheur de bavarder avec Zbigniew Mieczkowski qui venait d’Angleterre. Il nous a raconté une histoire bouleversante :’’ Nous  avons débarqué le 28 juillet 1944 dans la petite localité de Courseulles-sur-mer. Au début nous attendions. Notre division avait débarqué en trois fois. D’abord l’armement blindé- une brigade de tanks-  puis l’infanterie et enfin l’artillerie. Nous avons attendu 3 jours jusqu’à ce que tous soient rassemblés. Notre corps d’officiers était relativement jeune. Moi, j’ai rapidement été nommé sous-lieutenant. Nous sommes entrés en action le 8 août 1944. Nous sommes arrivés à Caen la nuit et le matin nous avons subi une importante attaque. La division blindée canadienne avançait à droite en direction de Falaise et notre division à gauche. La nuit des détachements écossais avait attaqué. Ils avaient  percé légèrement le front mais pas complètement. Nous avons attaqué le lendemain matin. Mais notre commandement a commis une erreur. Si nous avions attaqué immédiatement, nous aurions tiré profit de ce qu’avaient réalisé les Ecossais la nuit. Alors que notre commandement décida d’attaquer après un énorme bombardement américain qui devait avoir lieu à 13H. Nous avions traversé Caen et nous nous étions installés dans de grands champs de blé où nous prenions confortablement notre repas. Nous attendions le bombardement ; nous devions attaqué au moment où celui-ci se déclencherait. Mais les Américains se sont trompés et ont bombardé notre artillerie. Notre infatigable ennemi réussit à faire venir des renforts la nuit et ils nous ont mis en pièces. 24 chars en 3 quarts d’heure. Ils nous ont achevé. Nous avancions avec 2 escadrons de 18 chars. J’ai eu de la chance, mon escadron fut épargné. Ce fut notre première grande défaite. Ce fut très difficile à vivre. Les Allemands avaient une excellente armée et c’était des combattants hors pairs. Nous, nous ne lâchions rien non plus. La division allemande fut encerclée d’un côté par les Américains, de l’autre par les Canadiens. Il se forma une poche que notre division referma. Cela dura 3 jours. Nous avons résisté à toutes leurs attaques. Puis ce fut la débandade : certains Allemands prirent la fuite et les autres furent faits prisonniers.

Cette commémoration permit à beaucoup de chefs d’état de se rencontrer. Depuis la crise ukrainienne  c’était une excellente occasion  d’échanger. Et les échanges semblaient se faire dans une heureuse atmosphère de paix et de communion d’idées. Les hommes d’état ne s’évitaient pas. Beaucoup se demandaient si ce soir-là un début de dialogue avec la Russie était possible  ou si certains gestes n’avaient été  fait que pour la galerie.

            Jean  Kukuryka, président de l’Association des Anciens Combattants Polonais en France,  reconnut que jamais avant la présidence de François Hollande, la France n’avait  aussi dignement honoré les vétérans polonais et par voie de conséquence la Pologne. les Polonais se sont sentis  jugés à leur juste valeur.

Traduction : Henri Sobowiec

 

Partager cette page

Repost 0
club franco-polonais joseph conrad

Présentation

  • : CLUB FRANCO / POLONAIS de LOUVIERS / VAL de REUIL-
  • CLUB    FRANCO / POLONAIS  de  LOUVIERS / VAL de REUIL-
  • : CLUB CULTUREL FRANCO-POLONAIS
  • Contact

CONTACT

email_ecrit013.gif

Le site du club

- Visitez le site du club -

(pour y accéder, cliquez sur l'image)

intro site 8 ind D